aout2013

 

 

L'automne s'est bien passé sur la BRA.

Les opérations de vidange du barrage d'Allement n'ont pas eu de conséquences sur l'aval de la rivière. Mais les niveaux ont été très soutenus durant tout l'automne.

 

 

Et une bonne petite crue à plus de 500 m3/s a permis de bien nettoyer les fonds avant le frai des truites.

 

 

Pendant ces épisodes de crue, les galets sont mis en mouvement et le fond de la rivière est ainsi bien propre pour que les farios puissent gratter et creuser leurs frayères.

 

 

Frayères qui n'apparaissent aux yeux de tous que lorsque le débit vient à baisser.

 

 

Et on s'aperçoit alors que les truites ont commencé à gratter bien avant, c'est à dire par eaux assez hautes (150 à 200 m3/s cette année).

Il est donc vital que le débit ne descende pas trop bas pour que ces frayères établies par eaux hautes ne soient pas mises à sec.

Les 3 AAPPMA de la BRA et la Fédération de Pêche de l'Ain vont continuer en 2014 les démarches entreprises avec EDF pour obtenir des garanties en ce sens. Il en va de la survie des oeufs et des alevins.

 

 

3 beaux géniteurs sur une frayère en cette mi-décembre.

 

 

Les intempéries automnales ont eu raison de nombreux arbres.

Une opération de pancartage et de nettoyage des panneaux existants devrait être organisée durant cette hiver.

 

 

Certains panneaux sont toujours là et appellent au respect de notre environnement.

 

 

Hélas, le message semble être à des années lumière du comportement imbécile de certains.

Il faut dire que l'absence quasi totale de sanctions encourage les malfaisants...

 

 

Et pourtant, elle est belle la rivière sans détritus et voiture carbonisée.

 

 

L'hiver est aussi l'occasion pour certains scientifiques de peaufiner leurs connaissances du milieu et des poisssons.

Ici, à la recherche de brochets pouvant être exempts de pollution génétique; la BRA ne faisant pas l'objet d'alevinage en brochets car classée en 1ère catégorie.

 

 

Et des brochets, il y en a. En voici un parmi les cinq capturés très rapidement ce jour-là.

Un petit brochet né cette année sans doute.

 

 

Un autre un peu plus gros né probablement l'an passé.

 

 

Mais les brochets et tous les poissons ont besoin d'eau.

Un point positif en ce domaine, la réalisation récente du réseau permettant l'irrigation d'une partie des terres agricoles de la partie aval rive gauche de l'Ain à partir d'eau provenant du Rhône et non plus des nappes. Le Rhône présentant en période estivale des débits soutenus en raison de la fonte des neiges, l'impact de ce prélèvement est bien moindre que celui consistant à puiser dans les nappes phréatiques indispensables au refroidissement de la BRA.

 

 

Mais le manque d'eau fraîche n'est pas le seul danger pour les salmonidés de l'Ain.

Les cormorans arrivent chaque année sur la rivière. Heureusement, les gardes motivés de l'UPRA veillent. Ces 2 bagues témoignent de la provenance de certains de ces oiseaux: ici la Suisse et le Danemark.

 

 

Et le gel des Dombes a ramené ces dernières semaines de nouveaux cormorans sur la BRA.

Les fortes pluies du jeudi 19 décembre ont heureusement contribué au dégel des étangs.

Il faut espérer que les débits n'atteindront pas des valeurs trop élevées pouvant détruire les frayères des truites déjà établies.

 

 

Soyons optimistes et souhaitons une Bonne Année à tous les pêcheurs et amoureux de la Basse Rivière d'Ain.