aout2013

 

 

La BRA n'a pas souffert durant cet été.

L'Albarine toute proche a connu un assèchement tardif et les pêches électriques de sauvetage ont commencé durant la 2ème quinzaine d'août.

 

 

Un bel ombre pris en juillet sur la Basse Rivière d'Ain dans des eaux à la température clémentes grâce aux pluies de ce début d'été.

 

 

L'observation discrète permet de voir des ombres et des truites sur la BRA mais également bien d'autres animaux sauvages.

 

 

Une pêche d'inventaire s'est déroulé le dimanche 25 août à Mollon comme chaque année.

Hélas, le débit de la rivière supérieur à 40 m3/s a rendu la pêche électrique impossible et la pêche à la canne très difficile sur ce secteur très étroit de la rivière.

 

 

Henri Persat en train d'examiner un des 22 ombres capturés durant cette fin de matinée par les bénévoles de l'UPRA.

 

 

Le débit soutenu n'a pas permis de capturer autant d'ombres qu'on aurait souhaité et n'a pas permis d'accèder efficacement aux postes occupés par les plus gros sujets.

Toutefois, 20 sujets nés l'an passé (1+) ont pu être capturés. Leur taille s'étalant de 20,8 cm à 27 cm montre une nette disparité quant à leur grossissement.

 

 

Ce résultat obtenu par un niveau soutenu vient confirmer les observations de ces derniers mois, à savoir que la cohorte des ombres nés en 2012 est la meilleure depuis plusieurs années sur la BRA.

L'année 2014 pourrait bien être intéressante pour la pêche de l'ombre sur la rivière d'Ain.

 

 

Pendant ce temps là, l'Albarine s'assèche très vite en cette fin août comme en témoigne le retrait observé sur ce cliché.

 

 

Et les pêches électriques se sont succédées à un rythme soutenu à partir du 16 août, moment de l'année pendant lequel il est bien difficile de trouver des bénévoles disponibles.

Un grand merci donc à tous ceux qui ont pu participer à ces pêches de sauvetage.

 

 

Merci également au personnel de la Fédération, gardes, techniciens de rivière et stagiaires qui ont permis de sauver beaucoup de poissons.

 

 

Et des ombrets et des truitelles, il y en a des quantités toujours aussi impressionnantes qui témoignent de l'extraordinaire productivité de l'Albarine.

 

 

Quand ces pêches ont lieu fin août, les ombrets récupérés sont d'une bonne taille leur permettant de bien supporter les pêches électriques et les diverses manipulations qui les accompagnent.

 

 

Idem pour les truitelles qui semblent surgir de tous les galets et rochers de la rivière.

 

 

Certains jours, le bac du camion fédéral est vite rempli par plusieurs dizaines de kg de truitelles et d'ombrets et ...

 

 

... d'autres sujets nettement plus gros.

 

 

Tout ce petit monde est ensuite réparti entre la partie amont de l'Albarine et la Basse Rivière d'Ain.

3 de ces pêches ont été déversées sur les lots de l'UPRA, respectivement sur les secteurs de Priay amont, de Chazey aval et de Saint Jean de Niost.

Ce sont ainsi plus de 10 000 ombrets et 5000 truitelles auxquels s'ajoutent de nombreux poissons adultes et subadultes qui ont rejoint les secteurs de l'UPRA.

S'il fallait acheter de tels poissons (si tant est que cela soit possible) il faudrait débourser plus de 30 000 €. Rappelons ici que durant les années sans grosses dépenses, l'UPRA ne pourrait consacrer au mieux que 5000 € à d'éventuels alevinages.

 

 

Et heureusement que tout le travail effectué sur la BRA est effectué bénévolement (y compris le ramassage des immondes détritus laissés durant l'été par certains estivants comme ici à Blyes).