ouverture 2014

 

 

Brumes le matin de l'ouverture suivies d'un grand soleil la plupart des jours suivants.

 

 

En ce matin d'ouverture, la rive d'en face était à peine visible par endroits.

 

 

Mais cela n'a pas duré bien longtemps.

 

 

Rappel à tous les pêcheurs opérant dans les parcours no-kill: pas d'ardillon et pas d'appats naturels. Merci pour la remise à l'eau des salmonidés dans de bonnes conditions.

 

 

Peu de truites capturées en ces premiers jours. Guère plus d'activité dans les lônes à brochets.

 

 

Malgré de belles lumières.

 

 

Des lônes aux eaux limpides. Attention à l'approche pour les traqueurs de brochets.

 

 

Des lônes parfois encombrées.

 

 

Dans lesquelles se cachent des brochets de toutes tailles. Les plus goulus n'étant pas toujours les plus gros.

 

 

Spectacle navrant aux abords de la rivière. Des détritus de toutes natures abandonnés par des individus sans aucun scrupule.

 

 

Dans le cadre de la journée de nettoyage de printemps, une vingtaine de bénévoles de l'UPRA sont venus assainir cette zone de Pont de chazey / Pont de Villieu et ce, sous la pluie ce samedi 22 mars. Un immense bravo à tous.

 

 

Sans ce travail peu ragoûtant mais hélas indispensable, de nombreux abords deviendraient vite de véritables décharges à ciel ouvert. Il paraît pourtant qu'il existe des déchetteries, gratuites de surcroît.

 

 

C'est pourtant beau une rivière propre.

 

 

Par endroits, la pose de barrières interdisant l'accès aux véhicules permet de conserver des berges propres.

 

 

A cet endroit, la pose de rochers a ainsi supprimé l'envahissement de la gravière par les véhicules.

 

 

En cette année 2014, les march browns sont hélas toujours aussi rares.

 

 

Une des rares écloses durant ces dernières semaines.

 

 

Plus fréquentes, ces grandes éphémères déclenchent de nombreux gobages comme ce samedi 22 mars, seul jour de pluie depuis l'ouverture.

 

 

Une imitation parmi d'autres, pour leurrer les truites lorsqu'elles se mettent à table sur ces grandes éphémères.

 

 

 

Autre nourriture succulente pour les poissons de la BRA.

 

 

Encore une autre, que la présence d'un fourreau protecteur n'empêche pas les truites de manger

 

 

Et bien sûr les gammares, source de protéines très importante sur l'Ain.

 

 

Et les baisses de niveau en concentrent parfois des quantités impressionnantes.

 

 

Hélas, les baisses de niveau trop brutales ont des conséquences désastreuses sur les invertébrés et les poissons (vairons souvent mais aussi truitelles et ombrets). Il apparaît évident que les gradients de baisses réduits pendant le frai des ombres sont encore trop importants pour éviter des piégeages et échouages massifs.

 

 

Pour assurer un avenir à cette truitelle et aux autres alevins de la BRA, nous attendons des améliorations de la gestion hydroélectrique des ouvrages EDF comme évoquées dans nos pages précédentes.

 

 

Reste ensuite à ces alevins à affronter les multiples dangers que recèle cette grande rivière: étés chauds, crues importantes et autres oiseaux piscivores.

 

 

Ils n'ont par contre rien à craindre des castors. Les arbres de la BRA ne peuvent en dire autant.

 

 

Sur l'aval de la rivière.

 

 

Un peu plus en amont sur la Basse Rivière d'Ain.