Mi Avril

 

 

Le mois d'avril a commencé avec une crue importante et a fini avec une autre crue qui pourrait atteindre des débits tout aussi importants. Entre temps les débits très fluctuants dus au fonctionnement des barrages ont rendu les conditions très aléatoires tant pour les pêcheurs que pour les poissons qui ne peuvent durablement s'installer en poste.

Les ombres avaient commencé de frayer avant le premier épisode de crues mais une partie importante d'entre eux a également été observée sur les frayères après la crue. Les truitelles de l'année n'ont visiblement pas été affectées et c'est toujours un plaisir de voir ces petits poissons postés "comme des grandes" sur les bordures!

Du côté des prédateurs, des cormorans ont encore été observés sur la rivière en ce mois d'avril, hélas il n'y a plus de possibilités de les réguler à cette période, et seul le dérangement par les pêcheurs arrive parfois à les interrompre dans leur pêche...

Les harles sont toujours bien présents et les dégâts qu'ils occasionnent sur les ombres étaient très visibles sur les frayères où de nombreux géniteurs étaient marqués près de la nageoire caudale. Ces blessures provoquées par le bec des harles, sur les poissons trop gros qu'ils ne peuvent ingurgiter, sont autant de portes d'entrée pour les maladies diverses comme la furonculose à laquelle les ombres sont très sensibles après la fraie.

Malgré ces conditions hydrauliques soutenues, il s'est capturé de belles truites par les pêcheurs que les forts débits n'ont pas rebuté!

 

 

 

Lever de soleil dans les brotteaux, accompagné du chant des oiseaux qui a cette période sont très en voix!

 

 

Le parcours no-kill de pont de Chazey au petit jour.

 

 

https://vimeo.com/126709764

Sale temps pour les gammares, cliquez sur le lien ci-dessus.

 

 

 

 

Un joli cordon de gammares, des protéines facilement disponibles!

 

 

le chateau de Gourdans avec un ciel propice aux éclosions de début de saison.

 

 

Pour les pêcheurs à la mouche, le chevesne reste un partenaire toujours disponible, même lors des crues, où il aime gober dans les amortis ce que charrie la rivière.

 

 

 

l'Hélébore, une des premières plantes en fleurs, très abondante dans les sous-bois au bord de la rivière d'Ain.

 

 

C'est le genre de truite, qui donne envie de défendre la rivière des trop nombreuses agressions qu'elle subit...

 

 

Un couple de Harles bièvres, mâle et femelle se distinguent facilement.

 

 

Les truites ont de nombreux prédateurs et celui qui a blessé cette truite n'est pas identifié. Cela ne l'a pas empêché de gober une sèche, visiblement un poisson pas assez prudent...