Mi Avril

 

 

Quelques photos pour illustrer la fin du printemps et de l'été, ou comment passer d'un extrême à l'autre.

Les pêcheurs ralaient au printemps de ne pouvoir pêcher la rivière en raion des crues à répétition, mais au moins ces conditions étaient-elles favorables aux poissons. La baisse des débits a permis fin juin début juillet, d'apprécier la richesse de la rivière avec une très belle population d'ombres et de nombreuses truites de taille moyenne.

Seulement depuis cette période, la pluie a oublié la région et heureusement que les poissons étaient en parfaite conditions pour affronter cet épisode qui s'est éternisé jusqu'à mi-septembre. Les algues se sont développées assez tardivement mais ont fini par envahir tous les fonds.

Les premiers lâchers obtenus en cellule d'alerte ont permis sans doute d'offrir quelques jours de survie supplémentaires qui ont permis de faire le joint avec le début du déstockage de Vouglans.

Ces lâchers même s'ils ne sont pas toujours à la hauteur de nos espérances, ont aussi le mérite de compliquer la tâche des braconniers, rendant plus difficile voir impossible la pêche à la main et au harpon qui sur certains secteurs prend des proportions de nature à compromettre tous les autres efforts.

Que la garderie de l'ONCFS toujours très réactive, les gendarmes, nos gardes, et tous ceux qui contribuent à faire cesser ces actes soient vivement remercier!

Plus que du désespoir, c'est du dégoût quand les poissons arrivent à survivre dans ces conditions pour finir au bout d'un harpon...

 

 

 

On commence par le développement des algues à l'amont du pont de BLYES.

 

 

Après le lâcher, une partie importante des algues a été arrachée

 

 

Les algues arrachées et déposées hors d'eau, c'est toujours ça en moins dans la rivière.

 

 

La montée nocturne des eaux, permet de tirer le meilleur parti des lâchers d'eau.

 

 

Séance de ramassage en espérant que le contenu de ces bidons n'est pas fini au bord de l'eau...

 

 

Les bonheurs de la surfréquentation estivale...

 

 

On poursuit avec des photos plus réjouissantes, voilà une truite typique de la basse rivière d'Ain, un poisson parfait, pris ce printemps entre deux coups d'eau.

 

 

Moins grosse que la précédente, les truites de cette taille ont été nombreuses à être capturées cette saison, la relève (si elles ont rejoint leur élément!)

 

 

Un bel ombre, mais avec de nombreuses blessures, le coupable est peut-être un des parents de la nichée ci-dessous...

 

 

Maman Harle et son abondante progéniture.

Merci au photographe!

 

 

Un harpon artisanal retrouvé au bord de l'Ain, les actes de braconnage sont sévèrement punis, et l'AUPRA se porte systématiquement partie civile.

 

 

D'autres personnes, donnent de leur temps pour participer aux pêches de sauvetage de l'Albarine, dont une partie est réintroduite comme ici à l'amont de nos lots. Merci aux nombreux bénévoles qui ont encore particpé à ces pêches.